Page d'archive 4

Lettre à l’inspection d’académie de Grenoble Montagne

Mens le 10.10.2007

Madame Frédérique TOGNARELLI

Inspectrice d’Académie

Circonscription Montagne

5, rue Fédérico Garcia Lorca

38000 GRENOBLE

Madame,

Nous, représentants des parents d’élèves de l’école primaire de Mens, vous faisons part de notre très grande inquiétude quant à la situation scolaire désastreuse dans laquelle se trouvent les élèves de la classe de CE1.

En effet, depuis la rentrée scolaire, l’institutrice Joëlle WEBER a été en arrêt maladie 8 jours et sur ces 8 jours, elle n’a été remplacée que 6 fois. De plus ces remplacements ont été effectués par des personnes différentes :

Jeudi 20 septembre : absence

Vendredi 21 septembre : Denis POLERE

Lundi 24 septembre : un remplaçant de Grenoble

Mardi 25 septembre : pas de remplaçant

Mercredi 26 septembre : Denis POLERE

Jeudi 27 septembre : Denis POLERE

Vendredi 28 septembre : un autre remplaçant de Grenoble

Lundi 8 octobre : absence non remplacée l’après-midi

Du Mardi 9 au 12 octobre : un nouveau remplaçant de Grenoble.

A partir du 15 octobre : encore un autre remplaçant ?
A ce jour, nous savons que Joëlle WEBER est en congé maladie jusqu’au 13 novembre. Son remplacement n’est prévu que jusqu’au 12 octobre, c’est-à-dire jusqu’à la fin de la semaine. Que se passe-t-il ensuite ?Cette cacophonie n’a que trop duré. La situation scolaire des enfants de cette classe est devenue très inquiétante : aucun suivi dans les apprentissages, devoirs incohérents, les évaluations (obligatoires en début de CE1) non terminées.

Le contexte de l’école primaire de Mens est difficile depuis le début de l’année, en plus d’avoir perdu une 7ème classe, nous avons perdu aussi un ½ poste de remplaçant, Denis POLERE étant en décharge syndicale à mi-temps.

Notre inquiétude est d’autant plus justifiée si nous comparons les heures des remplaçants avec l’année dernière : les pleins temps des instituteurs remplaçants se sont transformés en mi-temps ou en 80% à Mens et à Monestier de Clermont. Il manque ainsi un peu plus qu’un plein temps pour les remplacements.

De plus, le fonctionnement de votre secrétariat qui ne répond pas au téléphone le mercredi, et votre logiciel de gestion qui ne peut pas gérer des modifications de disponibilité (dixit votre secrétariat), concourent à la mauvaise gestion que nous constatons dans le cas présent.

Face à ces graves perturbations, les fédérations de parents d’élève présentes à Mens se réservent le droit de communiquer cette situation par tous les moyens disponibles.

Afin de rétablir la situation dans les meilleurs délais, nous vous demandons d’agir en conséquence et de prendre des mesures qui s’imposent, à savoir nommer un seul et unique remplaçant définitif jusqu’au retour de Joëlle WEBER.

Les délégués parents PEEP et FCPE de l’école primaire de Mens.

Copie à :

Marie-France VIALLAT, directrice de l’école primaire de Mens

Elie PUPIN, président du SIVU des écoles

Philippe GAZIN, maire de Mens

Annette PELLEGRIN, conseillère générale

Didier MIGAUD, député de l’Isère

PEEP départementale et nationale

FCPE départementale et nationale

Retour à l’accueil

La PEEP demande une refonte urgente de l’école primaire

                                        communique.jpg

Le Ministre de l’Education Nationale a annoncé la suppression du samedi matin et le passage de 26 heures à 24 heures d’enseignements à compter de la rentrée 2008.

La PEEP condamne l’absence de concertation avec les parents d’élèves et réclame depuis des années une véritable réorganisation de la journée et de la semaine scolaire pour permettre aux élèves de mieux apprendre à l’école.
Il est important d’équilibrer les journées en respectant les rythmes propres à l’enfant, en faisant alterner les apprentissages purement intellectuels, avec les activités d’éveil et sportives.

La PEEP déplore qu’un grand nombre d’enfants ne maîtrise pas les fondamentaux : « lire, écrire, parler, comprendre le français et savoir compter » à l’entrée au collège.

C’est pourquoi, la PEEP demande une refonte urgente de l’école primaire s’appuyant en priorité sur :
- l’allègement des programmes pour les recentrer sur le socle commun dans le cadre scolaire ;
- les méthodes et la progression des apprentissages ;
- l’affectation de moyens pour permettre à tous les enfants d’avoir accès, en dehors du temps scolaire, aux arts, aux activités sportives et culturelles ;
- le maintien, malgré la réduction horaire, du respect du rythme de chacun pour ses apprentissages.
 
Compte tenu que l’organisation du temps scolaire est de la compétence des conseils d’école, la PEEP demande que cette responsabilité continue à être exercée par les équipes éducatives en fonction des besoins et des choix locaux.

Les Conseils d’Ecole et d‘Administration, pour lesquels les parents éliront leurs représentants les 12 et 13 octobre prochain, sont des lieux de concertation et de décision particulièrement adaptés à cette réflexion.

Plus que jamais la PEEP reste attachée à la réussite scolaire de tous les enfants.

Lundi 8 octobre 2007

PEEP Isère: assemblée générale et ateliers de formation

assemblle.jpg

ASSEMBLEE GENERALE DE VOTRE UNION LOCALE

MERCREDI 17 OCTOBRE 2007 à 18 H.

Maison des Associations

6 rue Berthe de Boissieux – 38000 GRENOBLE

Tél : 04 76 87 23 35 – peep38@tiscali.fr

L’Union Locale de Grenoble est l’union de toutes les Associations de Parents d’Elèves (APE) de Grenoble et de ses environs.

L’assemblée générale commencera à 18 h par une présentation de la Fédération, de son bilan et de ses projets. Viendra ensuite un temps « questions/réponses »

À partir de 21 h des Ateliers de Formation vous seront proposés :

N° 1 – parent élu en Conseil d’Administration

N° 2 – parent élu en Conseil d’Ecole

N° 3 – parent délégué en Conseil de Classe

N° 4 – prise de parole en public

un sympathique buffet sera offert aux participants !

Parents d’Elèves de l’Enseignement Public

Union Locale de Grenoble

Secrétariat ouvert le matin de 9h à 13h

Maison des Associations   6 rue Berthe de Boissieux   38000 Grenoble

téléphone : 04 76 87 23 35 télécopie : 04 76 87 45 89

www.peep.asso.fr/isere E.mail : peep38@tiscali.fr

Un covoiturage peut être organisé depuis Mens. Contactez le 04 76 34 89 07

Profession de foi

 ÉLECTION DES REPRÉSENTANTS DE PARENTS AU CONSEIL D’ÉCOLE

Présente sur Mens pour la cinquième année, la PEEP propose deux listes de candidats pour les élections de parents d’élèves au conseil d’élèves des écoles maternelle et primaire. Les délégués parents élus travailleront cette année sur de nombreux projets qui intéressent les deux écoles :

Vélobus : Après avoir mis en place le pédibus il y a deux ans, nous espérons démarrer le vélobus, un moyen de transport dans l’air du temps qui intéresse les enfants habitant entre 1 et 3 kilomètres de l’école et ne pouvant bénéficier des transports scolaires. Nous participerons à la journée du vélo, organisée au printemps.

Sécurité aux abords des écoles : Nous veillerons à la bonne réalisation des travaux de sécurisation des abords des écoles décidés par la mairie de Mens (ralentisseur au croisement devant les écoles, réalisation de 2 places pour handicapé et d’un garage à vélo, protection des passages piétons). Une lettre ouverte au Maire de Mens et à Annette Pellegrin, Conseillère Générale, est en cours de préparation pour s’assurer de l’avancement des travaux.

Transports scolaires : Nous resterons attentifs aux problèmes de transports scolaires. Nous travaillerons en étroite collaboration avec la maison du Département de Mens, le Conseil Général étant le principal financeur des transports scolaires.

Apprendre à mieux apprendre : Une conférence animée par Pascale Ricaud « Apprendre à mieux apprendre », pédagogie de La Garanderie a réuni une vingtaine de parents le 16 janvier dernier. Elle a été suivie les 30 avril et 11 juin 2007 par une formation de 2 jours d’initiation. 9 parents ont suivi cette formation pour mieux comprendre comment accompagner leurs enfants dans leurs apprentissages. Deux enfants sont aujourd’hui aidés dans le cadre de cette pédagogie.

Travail collaboratif : Nous travaillerons en étroite collaboration avec les parents délégués élus Indépendants et FCPE pour une meilleure efficacité concernant les problèmes épineux. C’est ensemble que nous avons travaillé pour la fermeture de la 7ème classe avec l’interpellation des élus et des médias.

Information et échanges : Afin que tous les parents soient informés régulièrement de nos actions et qu’ils puissent bénéficier d’un espace d’échanges et de discussions à propos des problèmes rencontrés par leurs enfants, nous avons créé dès la rentrée le blog : http://peepdutrieves.unblog.fr. Il est déjà en service, venez nombreux nous rendre visite sur le net.

APPRENDRE A MIEUX APPRENDRE :

img1557small.jpg img1558small.jpg

Comment redonner à nos enfants le désir d’apprendre ? Comment aider ceux qui ont des difficultés scolaires, qui manquent de méthode et d’autonomie et qui perdent confiance en eux ?

C’est pour répondre à toutes ces questions que la PEEP (fédération des Parents d’élèves de l’enseignement public) de Mens a organisé une conférence le 23 janvier dernier. Malgré une météo fort neigeuse, près de 25 personnes étaient présentes.

La conférencière Pascale Ricaud s’est appuyée sur les théories d’Antoine de La Garanderie pour mettre en évidence les différentes démarches d’apprentissage.

Pour tous ceux qui ont encore envie de réfléchir à cette pédagogie et tous ceux qui n’ont pas pu se déplacer ce jour-là, la PEEP vous propose un petit résumé de cette conférence.

Qu’est-ce que le plaisir d’apprendre ?

Le désir d’apprendre est dans la nature de chacun. Chez l’enfant, il est naturel car il ne s’agit pas du devoir de savoir.

Mais quelles sont les conditions pour qu’un apprentissage soit le plus bénéfique possible ? Antoine de La Garanderie, professeur de philosophie, est confronté au problème depuis son enfance (il est malentendant et a connu l’échec scolaire). Il va regarder ce qui marche chez ses élèves, quel que soit le milieu social auquel ils appartiennent. Il observe que les conditions pour un bon apprentissage sont liées aux habitudes mentales acquises depuis la petite enfance, celles-là même qui parfois nous empêchent de réussir.

La réussite est une démarche intentionnelle : les élèves en difficulté avancent à tâtons sans réelles démarches d’apprentissage.

Comment faire fonctionner notre intelligence pour apprendre ?

Qu’est-ce qu’être attentif ?

Être attentif c’est se concentrer, écouter, regarder, être présent, s’intéresser. Mais être attentif diffère selon les personnes.

Par exemple lorsqu’il faut être attentif à un mot inconnu. Pour le lire, le comprendre ou l’apprendre, certains vont l’imprimer photographiquement dans leur tête, d’autres vont se le répéter, d’autres encore vont chercher du sens ou des similitudes avec un mot connu. Les différentes démarches mises en place par chacun sont liées à nos habitudes mentales, elles contribuent à la réussite mais aussi à l’échec.

Les représentations mentales.

Sur le plan physique sont présents les cinq sens : l’ouïe, la vue, l’odorat, le goût et le toucher ; ils caractérisent la perception.

Sur le plan mental, 3 domaines sont représentés : le visuel, la tactile et l’auditif ; ils caractérisent l’évocation.

Le passage du niveau physique au niveau mental, donc de la perception à l’évocation s’appelle la représentation mentale. Il existe 3 formes de représentations mentales : visuelles, auditives et tactiles (kinesthésiques).

Les représentations mentales relèvent de tout ce que la civilisation a inventé pour que le réel soit communiqué.

A partir du moment où celles-ci ont été repérées, il faut se demander si elles sont efficaces à la tâche demandée.

Pour Antoine de La Garanderie, l’apprentissage passe par l’organisation de l’évocation, c’est-à-dire qu’il faut appliquer ses propres manières de faire, ses représentations mentales à l’apprentissage pédagogique.

L’enfant apprend alors à gérer son mental de manière personnel, à savoir quel est le projet qu’il a au moment de l’évocation : c’est le projet d’attention à court ou à long terme. S’il y a un projet d’attention au départ, un processus d’apprentissage va pouvoir d’installer, s’il n’y a pas de projet, il y a risque d’échec.

Les gestes mentaux.

La mise en évocation induit des gestes d’attention. Il en existe 5 : l’attention, la mémorisation, la réflexion, la compréhension et l’imagination.

Mais tout peut se croiser au niveau mental : tout ce qui a été vu ne relève pas forcément du visuel au niveau des représentations mentales, tout ce qui a été entendu ne relève pas que de l’auditif, idem pour le perçu et le niveau tactile.

Ces croisements constituent des profils spécifiques à chaque apprenant. Un élève peut très bien fonctionner une année parce que son professeur a le même profil que lui et être en échec l’année d’après parce que son profil ne correspond plus à celui de l’enseignant.

Il faut avoir le réflexe de dire « Je lui donne à entendre, à voir, à percevoir, à l’élève de le mettre dans sa tête où il veut ».

La restitution.

Quand on veut mémoriser quelque chose, on stocke l’information pour ensuite la restituer. Entre les deux processus, la représentation mentale de l’information est nécessaire. Mais on ne peut bien mémoriser que si on a un projet : apprendre une leçon pour la maison (la savoir tout de suite) ou pour la classe le lendemain n’implique pas le même projet. La question à se poser alors est : quelle utilisation vais-je faire de cette information ? est-ce pour une interrogation orale ? écrite ? un exposé ? 

Avec la représentation mentale, le travail de restitution est plus rapide et efficace.

La prise de conscience des procédures mentales favorise l’apprentissage. Ces procédures peuvent être efficaces ou inefficaces, il faut trouver celles qui le sont. C’est le mode d’emploi pour faire travailler l’intelligence. Lorsque l’itinéraire d’apprentissage est efficace, il réconforte l’enfant, c’est un soulagement pour les parents et pour les enseignants.

Pour en savoir plus: http://www.peep-isere.com/apprendre.html

Delphine ROUX-PARIS déléguée PEEP à l’école maternelle de Mens.

La semaine de 4 jours

4jour.jpg

Une petite synthèse sur la semaine de 4 jours faite par Yann PETRUCCI, futur élu de la PEEP, chargé de la prospective, des études stratégiques et du développement neuronal.

———————————————————————————-

« Seules 30 % des écoles dérogent à la règle du samedi matin, 5 % d’entre elles ont opté pour un transfert des cours du samedi matin au mercredi matin, la solution recommandée par les scientifiques pour respecter le rythme des enfants, tandis que 26 % ont choisi la semaine de quatre jours en diminuant les vacances. »

« L’organisation des rythmes scolaires français constitue une curiosité : dans les autres pays d’Europe, les cours en primaire ont lieu sur les cinq premiers jours de la semaine avec les samedis et dimanches libres. »

« La FCPE, principale fédération de parents d’élèves, favorable à la suppression du samedi matin, se dit opposée à l’idée d’une semaine de quatre jours, en raison de la fatigue pour les enfants. « Ceux qui suivent ce rythme ont en général de moins bons acquis que les autres », assure Faride Hamana qui se dit en revanche favorable au transfert du samedi matin au mercredi matin, une solution déjà mise en oeuvre à «Périgueux, ville de Xavier Darcos »

Source : Le Figaro – 28/09/07 – MARIE-ESTELLE PECH.

——————————————————————-

« Une étude comparative sur les rythmes scolaires en Europe a alors été confiée à Testu(1994). Nous retiendrons de ce rapport très complet le constat globalement défavorable à la semaine scolaire sur 4 jours : désynchronisation de la vigilance chez les plus jeunes (6-7ans),aggravée par l’absence d’activités extra-scolaires ;durée de sommeil plus courte {À noter toutefois que l’auteur se refuse à toute généralisation qu’il juge prématurée . Une étude pilote récente du même auteur, menée en primaire à Évry, tend à montrer que ni la semaine scolaire de 4 jours et demi ni celle de 5 jours et demi n’altèrent le profil de rythmicité journalier des enfants. En revanche l’aménagement sur 5 jours et demi entraîne une réduction du temps de sommeil (Testu,1998). »

Source : Rythmes scolaires approche épidémiologique – Montagner H.

———————————————————-

« Objectifs idéaux pour une reforme ne tenant compte que des données biologiques.

- Une année scolaire de 200 jours au moins.
- 4 à 6 heures de travail scolaire par jour en fonction de l’âge, y compris le travail personnel à la maison ou à l’étude.- 5 à 6 jours de classe par semaine en fonction des saisons ou des conditions locales. La semaine de 4 jours, véritable escroquerie qui maintient la répartition scandaleuse de 175 jours de travail pour 190 jours de congé, est à proscrire.

Les inévitables compromis

Je souhaiterais ne pas en accepter [de compromis] sur le nombre de jours de fréquentation scolaire par an. Mais je ne suis pas optimiste: l’égoïsme des adultes domine et les intérêts corporatistes l’emportent sur toute autre considération : syndicats d’enseignants, représentants des hôteliers et autres métiers de loisirs et, last but not least, les parents, principaux partisans de la funeste semaine de 4 jours.

Le temps réservé au travail scolaire quotidien pourra être discuté ; l’appréciation de l’effort fourni par un enfant dans son travail scolaire ne peut pas être mesuré de façon précise et les variations individuelles sont particulièrement fréquentes et importantes dans ce domaine.

Je ne pense pas qu’il faille céder sur un minimum de 5 jours de travail par semaine.

Le remplacement du congé du mercredi par celui du samedi paraît inévitable et sans inconvénient majeur. »

Source : Guy Vermeil Pédiatre 3, rue de la vallée Bergeotte 91640 JANVRY

tableau.jpg

Source : Rythmes scolaires approche épidémiologique – Montagner H.

——————————————————————

« Cependant, s’agissant de l’enfant, on ne connaît aucune rythmicité dont la période soit d’une semaine ou d’environ une semaine. La communauté scientifique et médicale ne comprend donc pas que les promoteurs de la semaine scolaire dite de 4 jours (qui se réfugient derrière l’intérêt des enfants … et des familles : voir plus loin) aient voulu changer d’abord la semaine … sans aucun argument scientifique (ni d’ailleurs sociologique ou autre : voir plus loin). En outre, la “semaine scolaire de 4 jours” n’est pas un modèle de rationalité sociale. En effet, contrairement aux semaines de vie sociale, professionnelles, économiques … qui comprennent 4, 5, 6 ou 7 jours consécutifs, elle est une succession de deux fois deux jours séparés par une journée de vacances (le mercredi), et des deux jours non travaillés du week-end. Cette “innovation” ne contribue pas à donner une image rationnelle et cohérente de la France. Les étrangers ne comprennent pas cette semaine scolaire … qui n’en est pas une (si la plupart des Européens tiennent beaucoup à un week-end non travaillé, leur semaine scolaire comprend logiquement 5 jours consécutifs). Nous avons quelque difficulté à leur expliquer que la “vacance scolaire” du mercredi est le résultat d’un accord entre l’Etat et l’église catholique pour que ce jour soit consacré à la catéchèse … alors que, dans notre Constitution, il y a séparation des Eglises et de l’Etat. En outre, si des mères ou des familles (mère, père, grands-parents …) peuvent s’organiser pour faire avec leurs enfants les “courses” du mercredi, jour non scolaire, ou pour les conduire dans des lieux de pratique sportive ou culturelle (on ne peut évidemment qu’approuver une telle disponibilité), d’autres (la majorité) travaillent ce jour-là et ne peuvent donc le consacrer à leurs enfants. En outre, ils ne vivent pas forcément dans une ville ou une commune rurale qui ont les moyens et la logistique pour organiser le mercredi un accueil des enfants de tous âges.

Les études scientifiques et l’intérêt supérieur des enfants et de leur famille (quelles que soit la catégorie sociale, la culture et les origines ethniques), conduisent donc la communauté scientifique et médicale à proposer un aménagement du temps scolaire qui repose d’abord sur des modifications de la journée scolaire du lundi au vendredi inclus (pour le samedi, voir plus loin), c’est-à-dire sur la prise en compte des rythmes circadiens des enfants-élèves.

Sachant que la journée scolaire en France est la plus longue du monde avec la Belgique et l’Autriche (six heures de temps contraint et obligatoire), nous demandons avec force que sa durée soit réduite. »

Hubert MONTAGNER (conference à http://assoreveil.org/hm2005_temps%20scolaire.html)

Les repéres et limites à donner aux enfants

                   epe.gif

Comment guider son enfant du premier âge à l’adolescence ?

Début 2006 fut organisée une conférence débat animée par Laurence Marchais et Fabienne Leprince, psychologues de l’Ecole des parents de Grenoble. Cette conférence, à l’initiative de la PEEP et la FCPE, avait le mérite de mettre l’accent sur des problèmes que rencontrent beaucoup de parents. Ses conclusions sont toujours d’actualité.

Donner des limites et des repères à nos enfants, c’est oser dire NON.

Une limite est une ligne de démarcation à ne pas dépasser, une borne, une frontière. Un repère est une marque qui permet de s’orienter dans l’espace. Les repères sont les bases de notre construction : la famille, le pays, la langue, la culture. Qui dit limite dit INTERDIT, c’est un impératif donné par une société donnée (l’interdit universel étant l’inceste). Les limites nous donnent des repères pour se construire.

Le NON donne les repères à l’enfant :

Ce qu’il a le droit de faire et de ne pas faire. Tout n’est pas permis. Ces limites rassurent l’enfant. Elles sont définies selon deux critères. Les limites primaires concernent la sécurité (les prises électriques) et sont propres à chaque famille. Les limites secondaires peuvent fluctuer selon les circonstances (heure du coucher plus tardive si un film est intéressant à la TV).

L’enfant cherche sans arrêt nos limites, il veut que l’on s’intéresse à lui.

Quand l’adulte dit NON, il y a frustration, mais il reste en relation avec l’enfant. Si l’adulte laisse faire (et c’est plus facile, cela demande moins d’énergie), l’enfant ressent un sentiment d’indifférence. Il faut que les repères lui paraissent justes.

La frustration aide à grandir, elle accompagne le développement psychologique de l’enfant. Elle permet de différer ses besoins et ses désirs et de se placer dans la réalité. Ce n’est pas un traumatisme.

Quand on dit NON, on a confiance en l’enfant, on sait qu’il est capable de comprendre ce NON : il va découvrir et développer la patience. Pas tout, tout de suite !

Un enfant pour qui tout est permis sait que des règles existent mais pense qu’elles ne sont pas pour lui, qu’il ne les mérite pas : cela génère une grande angoisse qui, à l’adolescence, aboutit à des situations dramatiques, comme la confrontation avec les lois de la société (certains se tournent alors vers l’armée pour retrouver des limites).

Quand il n ’y a pas de NON, l’enfant ne voit que lui, il est l’enfant roi tout puissant, personne n’existe autour de lui, il est seul et souffre.

Quand il y a trop de NON, les interdictions sont inefficaces, elles deviennent non prioritaires.

Pourquoi est-ce si difficile de dire NON ?

Françoise Dolto a souvent mal été interprétée : sa réflexion a permis de reconnaître l’enfant comme étant une personne, mais une personne qu’il faut quand même gronder pour la faire grandir. Le bébé est une personne et non pas une grande personne.

Après une longue journée de travail, on évite les conflits. Cette attitude s’explique par le sentiment de culpabilité de ne pas avoir été là. Le même problème se pose pour les couples séparés.

Les interdits ne briment pas l’enfant, il faut accepter de se faire haïr pendant cinq minutes. Prononcer des NON, c’est dire des mots d’amour.

Mais il faut que ce soit des NON par rapport à ce qu’il fait, et non pas des NON par rapport à ce qu’il est. Une éducation sans interdit est proche du mauvais traitement.

Comment dire NON ?

Il faut une certaine cohérence entre les deux parents et ne pas attendre trop tard.

Lorsque le NON s’accompagne d’une explication, l’enfant adhère plus facilement.

Éviter le chantage qui replace l’enfant dans sa toute puissance, il est plus fort que l’adulte à ce jeu-là.

Les NON sont des barreaux d’échelle pour la croissance de nos enfants. L’éducation, c’est de l’affectif (amour pour aujourd’hui) et du normatif (amour pour demain).

La sanction arrive quand l’enfant n’a pas obéi.

Elle implique qu’il faut rester ferme, et qu’elle soit à la mesure de l’acte commis.

S’il y a désobéissance, il y a sanction, c’est la garantie pour que la règle soit acceptée.

La sanction est souvent liée à l’état émotionnel du parent : attention à ne pas confondre maladresse et bêtise, s’il y a maladresse, il faut alléger la sanction.

Ne pas accumuler : si on attend la goutte qui fait déborder le vase, on va dépasser nos limites et l’on ne se respecte plus soi.

Comment punir ?

La punition doit être centrée sur l’acte et non pas sur la personne. IL faut éviter les jugements de valeur (« Tu as un gros trou dans ton pull » au lieu de « Tu es mal habillé »). La réparation est efficace chez les adolescents. Crier donne un effet de surprise, mais entraîne aussi un effet d’accoutumance. L’exclusion (mettre en marge de la dynamique du groupe) fonctionne assez bien chez les enfants en bas âge.

La fessée (très controversée) ne peut être une réponse à une faute. Il y a trois types de fessées : la fessée pulsionnelle (réaction immédiate à une peur), il faut expliquer pourquoi elle a été donnée ; la fessée préméditée (chantage) ; et la fessée correction (l’enfant sur les genoux) qui entraîne un sentiment d’humiliation et de douleur.

Le NON signifie qu’on ne fait pas toujours ce qu’on veut dans la société, il implique une notion de confiance et de respect réciproque.

La PEEP et la FCPE de Mens.

               ——————————————– 

École des Parents et des Éducateurs
de l’Isère
89 bis rue Général Mangin
F-38100 GRENOBLE

Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30

Tél.: 04 76 23 63 90  Fax : 04 76 23 63 99

epeisere@wanadoo.fr

Réunion de rentrée de la CLASSE de CE2

ce3small.jpg

FONCTIONNEMENT

- Rappel de la collaboration des enseignantes de CE2 au niveau des progressions en application de la programmation de cycle, dans un souci d’harmonisation.

- Rappel de l’importance de la coordination enseignantes/parents pour l’accompagnement de l’enfant dans ses apprentissages (rôle du cahier de liaison…).

Matériel : (voir la liste collée dans le cahier de liaison)

  • livre de français, romans et fichier de mathématiques
  • cahiers : du jour* , de leçons, de poésies et chants, d’anglais, d’histoire/géographie, de sciences, d’essais, de liaison*, de textes (ils doivent être bien tenus)
  • 1 classeur pour ranger les fiches terminées
  • 1 pochette pour ranger les fiches en cours
  • 1 porte-documents pour ranger les évaluations*,
  • 1 porte-documents (arts plastiques…)
  • 1 trousse (gomme, crayon à papier, colle, stylo bleu, stylo vert), 1 règle et des crayons de couleur à vérifier tous les soirs (éviter les gadgets pour les enfants facilement distraits)
  • 1 ardoise (facultative)
  • 1 cahier répertoire (titres des lectures)

(*ces cahiers doivent être signés régulièrement)

 

Sont recommandés : une tenue de sport ainsi que des chaussons de gymnastique dans un sac en tissu et pour les utilisateurs, des mouchoirs en papier.

Devoirs à la maison

Y consacrer environ ½ Heure par jour. De temps en temps, il n’ y en aura pas.

C’est aux parents de gérer ce temps de travail en fonction de leur enfant.

Exemples : corrections des cahiers, poésie, recherche, lecture, mots à apprendre, dictée à préparer, leçons et parfois de petits exercices à faire ou à terminer selon les besoins de chacun pour fixer ou rattraper (aide des parents à la maison si possible).

Evaluations

  • contrôles continus remis à la fin de chaque période (livret de compétences)
  • livret scolaire remis en fin d’année scolaire.

Projets

- EMALA :

Musique/Danse  :o uverture sur le Monde en lien avec le projet d’école (commun aux classes cycle 3)

Rencontres sportives (football, rugby, courseton)

Ateliers sciences

- Sorties « ski » et « piscine »

- Musée de Grenoble

Oui à l’école ouverte !

Page d’acceuil: http://peepdutrieves.unblog.fr/ 

logopeep.gif

La PEEP a bien pris acte de l’annonce faite hier soir par Xavier DARCOS qui déclare vouloir promouvoir « l’école ouverte » le samedi matin pour éviter que des enfants soient livrés à eux-mêmes.

Cette volonté rejoint tout à fait la demande faite par la PEEP au Ministre de ne pas voir oubliés les trop nombreux enfants qui n’ont pas la chance de partir en week-end ou d’avoir des parents disponibles le samedi matin.

Il s’agit en effet de ne pas laisser sur le bord de la route tous ces enfants qui n’ont pas la chance d’avoir un environnement familial privilégié et pour lesquels il est fort préférable de bénéficier d’activités adaptées, en présence d’adultes disponibles.

La PEEP renouvelle sa demande de voir cette annonce assortie d’une réflexion sur le rythme journalier, hebdomadaire et annuel de l’enfant dans son intérêt premier.

Elle rappelle que cette mesure, plébiscitée par une majorité de parents, doit tenir compte des réalités du terrain et des besoins des familles selon les contextes locaux.

Le 28 septembre 2007

Retour page d’acceuil: http://peepdutrieves.unblog.fr/ 

 

Les bons conseils de la rentrée

    Page d’acceuil: http://peepdutrieves.unblog.fr/  

   conseilsmall.gif     

Ci dessous, un extrait des conseils donnés lors de la réunion de rentrée du CP à l’école élémentaire de Mens.             

Travaillons ensemble

  • La relation parents-enseignants : rencontres et dialogue.

Il est légitime que les parents qui ne sont pas des spécialistes, s’interrogent sur l’apprentissage de la lecture et qu’ils cherchent des informations.

Pour qu’ils trouvent les bonnes réponses à leurs questions, une relation de confiance entre parents et enseignants est indispensable. Ainsi, nous évitons souvent tout malentendu ou incompréhension préjudiciable à la bonne marche de la classe, et à la réussite de tous les enfants.

Le but de la réunion de classe est de vous expliquer la démarche d’enseignement pour vous permettre non seulement de comprendre ce qui est fait en classe, mais aussi de voir ce que vous pouvez faire, en famille, pour continuer et soutenir l’enseignement.

De votre côté, il ne faut pas hésiter à venir exposer vos doutes ou vos inquiétudes et demander les conseils appropriés à votre enfant.

Si savoir lire conditionne en partie la réussite scolaire, chaque enfant doit pouvoir apprendre à son rythme. Parents comme enseignant doivent se montrer à la fois bienveillants et vigilants et apporter, si nécessaire, une réponse appropriée à d’éventuelles difficultés de l’enfant.

Quelques pistes pour motiver et accompagner son enfant en famille

Votre enfant entre au CP

  • Montrer chaque jour son intérêt pour ce que fait et apprend l’enfant à l’école.
  • Suivre sa progression à travers le travail donné à faire à la maison.
  • Consulter chaque jour le cahier de liaison (très rapide).
  • Valoriser ses connaissances
  • Encourager l’enfant à aller vers les livres et tout type d’écrit en général.
  • Continuer à lire avec lui, comme « avant qu’il sache lire » s’il le souhaite.
  • S’intéresser à ses lectures et en parler avec lui.
  • Encourager l’enfant à écrire la liste des courses, à légender un dessin, à préparer un petit mot, une carte d’invitation…afin qu’il perçoive tout l’intérêt de l’écriture en essayant d’écrire.
  • L’aider à organiser son matériel (trousse, cartable, cahier) pour lui faciliter la tâche mais ne pas faire à sa place.

Les facteurs de réussite sont aussi :

  • Une bonne santé et une bonne hygiène de vie (vérifier vue, ouïe, se coucher tôt…)
  • Montrer son intérêt pour ce que l’enfant fait et apprend chaque jour à l’école.
  • Savoir ranger (sa trousse, son casier, ses vêtements…) les enfants doivent être sensibilisés à cela à l’école et à la maison.
  • Savoir se tenir assis correctement sur une chaise au moins le temps d’un repas.
  • Savoir que l’on ne s’adresse pas aux adultes extérieurs comme l’on parle aux membres de sa famille (l’enfant peut sentir très tôt à quel moment il peut être familier ou non).
  • Connaître les règles de politesse qui garantissent le respect des uns et des autres.

(Si, on peut respecter les règles de vie commune, il sera plus facile de respecter peut-être aussi par exemple les règles d’orthographe…).

Retour page d’acceuil: http://peepdutrieves.unblog.fr/ 

12345

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

LIENS

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

POUR L'AVENIR DE MIGENNES |
HISTOIRE, PATRIMOINE et T... |
le club des loisirs de ROCB... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Animaux et Humains Ensembles
| Elan Artistique
| blog energie